Actualités

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Recherche dans le catalogue

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Actualités

Rencontre avec Geetanjali Shree

Publié le jeudi 13 avril 2017

Geetanjali Shree est auteure de plusieurs nouvelles et de quatre romans traduits en anglais et en allemand. Un seul, "Maï, une femme effacée" (Infolio éditions), est traduit en français à ce jour.

Cette historienne et romancière indienne qui vit à New Delhi, sera en résidence à la Maison Gracq à Saint-Florent le Vieil en avril et mai 2017. Nous l'avons invitée à venir présenter son œuvre. En attendant de la rencontrer, elle s'est prêtée au jeu de questions/réponses :

Pourquoi écrivez-vous en hindi ?
C'est ma langue maternelle et c'est un choix qui s'est opéré naturellement. L'anglais, langue du colonisateur, nous a été imposé. Beaucoup d'Indiens éduqués  en ont fait leur langue d'adoption, c'est leur choix ! L'hindi s'inscrit dans une longue et forte tradition littéraire et je travaille donc dans un environnement très riche, culturellement, mais pas économiquement ! Mon lectorat est vaste, mais inégal.

Comment a été reçu votre roman Maï une femme effacée, en Inde ?
Beaucoup d'hommes et de femmes ont aimé Maï et s'y sont identifiés. Mais ce qui est intéressant c'est que ce personnage a été aussi très aimé en Occident et en Asie. Même des hommes m'ont dit y avoir retrouvé des traits de caractère de leur mère ou de leur femme ! Mes livres reçoivent un très bon accueil et je suis une écrivaine connue ! Mais il ne faut pas oublier que cohabitent plusieurs langues en Inde ainsi que des littératures très riches dans chacune d'elles !

Votre second roman traduit en français Une place vide, sortira au printemps. De quoi parle-t-il ?
Il traite de la violence terrible à laquelle le monde actuel est en proie. Un attentat terroriste survient dans un café universitaire, tuant les jeunes étudiants venus s'inscrire ce jour-là. Un tout petit espace a été miraculeusement épargné, dans lequel se trouve un garçonnet de trois ans. C'est le narrateur. Il sera adopté par une mère qui a perdu son fils dans l'attentat. Ce roman raconte comment une bombe stupide et criminelle peut priver des gens du destin heureux qui les attendait.

Rencontre-  lecture : Jeudi 11 mai à 19h - Médiathèque Toussaint Angers
En partenariat avec L'espace femmes d'Angers, la
Maison Julien Gracq , la Fondation de l'Institut des Etudes Avancées de Nantes et la Librairie Contact
 

Retour au contenu principal

53794