Entre 2 Amériques

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Recherche dans le catalogue

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Entre 2 Amériques

Interview

Fin juin, Barbara Réthoré et Julien Chapuis, jeunes biologistes et explorateurs angevins, monteront leur camp de base au cœur de la médiathèque Toussaint.

COMBIEN D’EXPÉDITIONS AVEZ-VOUS MENÉES ?

À ce jour, nous avons mené 2 expéditions. La première, en 2013. Deux cents jours au cours desquels nous avons sillonné toute l’Amérique centrale. La deuxième en mai 2016 également en Amérique centrale, cette fois-ci à la frontière entre le Panama et la Colombie, dans la région du Darién.

DANS QUELS LIEUX DU GLOBE CONCENTREZ-VOUS VOS ACTIONS ?

Dans les points chauds (hotspots) de biodiversité, caractérisés par une biodiversité incroyablement élevée et une forte pression humaine. La protection de la nature peut y avoir un impact considérable sur le devenir de la biodiversité mondiale et donc de l’humanité. Parmi les 35 hotspots aujourd’hui recensés sur Terre figure notamment l’Amérique centrale.

AVEC QUELS OBJECTIFS ?

Ils peuvent se résumer en 3 mots : explorer, partager, protéger. Explorer car nous montons des expéditions dans des zones méconnues pour y recueillir des données scientifiques et audiovisuelles pionnières. Partager pour sensibiliser le plus grand nombre à la nécessaire protection de la nature. Protéger et préserver les écosystèmes où la biodiversité est la plus riche, avant qu’il ne soit trop tard !

QUEL EST VOTRE PLUS BEAU SOUVENIR ?

 

Barbara : Mes premières rencontres sous-marines avec des dauphins sauvages.

 

Julien : L’observation et la réalisation des seules images à ce jour du singe araignée noir dans son habitat naturel.

 

/ VOTRE ÉMOTION LA PLUS FORTE ?

Barbara : Quand j’ai participé à la capture d’un crocodile, dans le cadre d’un projet que nous suivions au Belize.

Julien : Même réponse, mais… derrière mon appareil photo.

 

/ VOTRE PLUS GRANDE PEUR ?

Barbara et Julien : Ça peut paraître contre-intuitif mais les zones où l’on s’est fait le plus de frayeurs ne sont pas les plus sauvages mais bien les zones urbaines. Les risques y sont beaucoup plus élevés, comme au Salvador et au Honduras

 

/ QUEL EST VOTRE PROCHAIN  PROJET ?

Cet été, nous serons à Madagascar pour participer aux côtés de l’ONG Naturevolution à l’expédition Makay 2017, une vaste mission scientifique dans une région encore inexplorée il y a peu. En 2018, nous espérons retourner au Panama, dans le Darién, pour poursuivre le travail initié en mai 2016.

Retour au contenu principal

56471