Ma vie en bulle : Marzi et autres BD autobiographiques

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Ma vie en bulle : Marzi et autres BD autobiographiques

Romans familiaux

Nasser Ali Khan aime le poulet aux prunes, les seins de Sophia Lauren et sa fille Farzaneh. Mais il aime surtout son tar dont il est le plus grand des virtuoses. Aussi, le jour où on lui casse son instrument, il sombre dans la plus grande apathie et, désormais indifférent aux petits et grands plaisirs de la vie, il décide de se laisser mourir.

L'auteur n'en finit pas de gravir le haut mal et de se préserver de l'adversité familiale. Il aborde sans tabous les drames qui déchirent la famille presque tout le monde.

Un témoignage sur le long travail de mémoire d'une jeune fille de 20 ans pour réapprendre à vivre. Ce récit évoque la maladie et une convalescence très longue pour retrouver un quotidien et des souvenirs.

Carnets d’Orient  raconte l’histoire algérienne de sa conquête en 1836 à son indépendance, à la fin des années 50. Les cinq volumes du premier cycle nous plongent dans une grande saga familiale sur la colonisation, où romances, amours secrètes et intrigues se multiplient. Le second cycle commence en 1954, à la veille de l'insurrection.

Maus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis, et de son fils, auteur de bandes dessinées, qui cherche un terrain de réconciliation avec son père, sa terrifiante histoire et l'Histoire. Des portes d'Auschwitz aux trottoirs de New York le récit d'une double survie : celle du père, mais aussi celle du fils, qui se débat pour survivre au survivant. Ici, les Nazis sont des chats et les Juifs des souris.

Fictions autobiographiques et familiales

Manu Larcenet et sa compagne décident d’aller vivre à la campagne. Ils se retrouvent ainsi dans un petit village, Les Ravenelles. De l’emménagement et ses cartons aux premiers contacts avec les habitants, de la nostalgie de la banlieue parisienne aux joies de la campagne, du premier hiver difficile à la visite du frère et des amis…

Un jeune photographe, en pleine interrogation existentielle, se retire à la campagne. Là, il rencontre un vieux pêcheur, une jeune femme vétérinaire... Et l'amour avec les choix qu'il implique.

Mémoires

Récit autobiographique d'une enfance iranienne, entre guerre et révolution, à travers le regard d'une petite fille. Marianne fait des études de beaux-arts dans l'Iran islamique puis s'exile définitivement en France.

Jung est orphelin. Devenu adulte, il plonge dans ses souvenirs et raconte son enfance et son adolescence : sa survie en Corée, sa nouvelle famille belge, ses amis, les drames, la vie quotidienne, les fous rires...

Trilogie autobiographique qui raconte la Révolution culturelle chinoise à l'ère de Mao Zedong, vécue par Li, un jeune cadre communiste, sa femme et son fils.

Journaux intimes, chroniques et anecdotes personnelles

Martin, jeune remplaçant, découvre à peine son nouveau métier d'enseignant qu'il est muté en IR : Institut de Redressement, où sont placés les élèves violents. Sa consigne est d'oublier le scolaire pour instaurer une atmosphère de classe, ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'est parvenu à accomplir.

 

Miriam Engelberg a 43 ans quand son cancer du sein est diagnostiqué. Avec "Comment le cancer m'a fait aimer la télé et les mots croisés", elle nous livre son témoignage sous la forme d'une BD. Son regard ironique se pose tour à tour sur ses amis, sur ses médecins, les traitements qu'elle entreprend, sans jamais se départir de son optimisme ni d'un inaltérable sens de l'humour.

Le témoignage de Marion, jeune publicitaire endoctrinée dans une secte, qui a donné le détail de son histoire à P. Henri. Son endoctrinement a été progressif, sans violence, mais l'a laissée durablement meurtrie après son évasion.

Autobiographies masquées


 

Le chat du rabbin essaie de répondre à une question fondamentale : peut-on apprendre la torah à un chat ? Le résultat est une fable qui réjouira les amateurs d'Orient, de jolies femmes et de métaphysique. Le pendant félin de "Socrate", de Sfar et Blain

Un homme d'affaires japonais vient se recueillir sur la tombe de sa mère. Il est projetté dans le passé et revit une journée de son enfance, avec son caractère et son expérience d'adulte. Il voit ses parents avec un regard à même de les comprendre.

 

Reportages intimes

  • Les mauvaises gens – Etienne Davodeau – 1 tome

    E. Davodeau s'inspire de l'expérience du militantisme syndical de ses parents dans la région des Mauges, en majorité catholique, pour évoquer le monde du travail en France de 1950 à l'élection de F. Mitterrand à la présidence de la République en 1981.

 

 

 

 

 

 

En rayon jeunesse

Racontant un aspect tragique de son enfance, J. Regnaud, met en scène un petit garçon qui s'interroge sur sa maman qu'il ne connaît pas. Il s'en invente une pour ne pas être différent des autres enfants.

 

 

Le héros du livre vit en Syrie où il joue aux guerriers avec ses cousins. Un jour, il s'aperçoit d'une différence physiologique entre lui et ses cousins : son sexe ressemble à une trompe et ceux de ses cousins à des champignons. Est-il normal ? Son père le rassure en l'informant qu'il va le circoncire. Histoire vraie dans un pays où le régime formate les enfants à un seul mode de pensée.

 

 

Souvenirs de l'enfance de la scénariste, née en 1979 en Pologne. Marzi, une petite fille de 7 ans, regarde le monde normalisé par le stalinisme avec ses yeux d'enfant. Elle vit dans une HLM de la ville industrielle de Stalowa Wola et aime par-dessus tout l'aventure et le mystère.

 

 

Toulon, en 1960 pendant la guerre d'Algérie. L'arrivée de la grand-mère d'Algérie change le cours de la vie de Mohmoud : la famille Slimani va fêter Noël car Mémé d'Arménie est chrétienne. Le petit garçon va également découvrir peu à peu la tragédie du peuple et de la famille arménienne. Comporte un dossier sur la tragédie arménienne.

 

 

 

 

Sous forme de thriller politico-financier, ce récit à la première personne explore la vie de D. Robert, journaliste à Libération dans les années 1990, mis en examen dans l'affaire Clearstream. Il dénonce les mécanismes qui permettent au crime organisé de se greffer sur la finance légale.

 

L'auteur a suivi sa compagne pendant quatorze mois en Birmanie alors qu'elle y collaborait avec Médecins sans Frontières. Il raconte son expérience du pays et comment il a fini par apprivoiser son environnement. Il présente aussi la réalité politique, sanitaire et sociale de ce pays dominé par un groupe de militaires soutenu par de puissants groupes industriels.

 

L'auteur y décrit son séjour à Pyongyang, capitale de la République populaire démocratique de Corée. Il se rend dans ce pays très fermé aux étrangers afin de superviser la sous-traitance de séries d'animation réalisées par une société occidentale. L'album se présente comme une série d'anecdotes et de réflexions qui composent un tableau de la vie de l'auteur pendant son séjour.

 

En juillet 1986, Didier Lefèvre réalise sa première mission photographique en accompagnant une équipe de Médecins Sans Frontières en Afghanistan, en plein coeur de la guerre entre Soviétiques et Moudjahidin. En insérant des photographies complétées par ses dessins, E. Guibert raconte cette mission au croisement des destins personnels et de la géopolitique et qui a marqué la vie du photographe.

Retour au contenu principal

55547