Gaston Couté

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Gaston Couté

Gaston Couté naît à Beaugency en 1880 d’une famille de meunier. Il passe sa jeunesse à Meung sur Loire dans le moulin de son père, dans cette plaine de la Beauce qu’il a tant célébrée. Après des études secondaires au lycée d’Orléans qu’il n’apprécie guère et qu’il interrompt avant le baccalauréat, et un court passage au service des impôts d’Orléans, il travaille pour le Progrès du Loiret, journal d’opinion radicale-socialiste, et commence à écrire des poèmes en patois beauceron.

A l’occasion du passage d’un théâtre ambulant, il chante un de ses poèmes le champ d’naviots qui fait grande impression sur le directeur du théâtre qui l’encourage à poursuivre dans la voie de l’écriture et l’incite à « monter » à Paris.

A 18 ans il démarre une carrière dans les cabarets de Montmartre et du Quartier Latin. Il rencontre Théodore Botrel, Jehan Rictus, a du succès mais vit dans une grande pauvreté, payé en boissons ou café-crème. En tant qu’anarchiste, il fait l’objet de plusieurs rapports de police qui reconnaissent néanmoins qu’il n’est pas dangereux et qu’on ne peut rien lui reprocher.

En juin 1911, la Guerre sociale annonce "Chaque semaine nous publierons une chanson satirique de Gaston Couté. L’auteur des Conscrits, des Gourgandines, du Christ en bois et de tant d’autres poèmes d’une langue si savoureuse et si forte, vulgarisera à sa façon des idées de révolte et d’émancipation qu’il a toujours défendues" . Ses chansons faisaient le tour du Paris révolutionnaire. Des poursuites sont engagées contre lui et des responsables du journal. Il est malade, songe à revenir quelques temps dans sa famille, mais est admis à l’hôpital Lariboisière le 25 juin 1911 où il décède trois jours plus tard.

Ce poète paysan laisse une œuvre marquée par le désir de  justice sociale, de fraternité, de paix, et par l’amour de la nature. Il ne nous reste malheureusement aucune musique. Gérard Pierron, bien connu des Angevins, en est l’un des interprètes majeurs.

D’autres chanteurs parmi lesquels Loïc Lantoine, Marc Ogeret, La Tordue, Bernard Lavilliers, Gabriel Yacoub ont interprété des chansons.

Ses textes sont faits pour être chantés, mais également dits : Bernard Meulien  s’est associé à Gérard Pierron pour le spectacle "Discours du  traîneux".

Retrouvez à la Bibliothèque une sélection de disques et de livres autour de Gaston Couté.





Retour au contenu principal

55901