Nous avons lu, vous avez lu...

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Nous avons lu, vous avez lu...

On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt

Publié le samedi 18 octobre 2014

Antoine, le narrateur travaille dans les assurances : il estime les dégâts dans la vie des autres. Antoine est aussi père de famille et il va mal.

Antoine va d’abord se raconter : son enfance synonyme de souffrance quand sa mère, d’abord distante, quitte le foyer, quand son père n’a pas le courage, quand le deuil survient et que l’amour n’a pas droit de citer entre parents et enfants. Antoine grandira mal et construira sa vie d’adulte, de père, de mari avec un fauve tapi au fond de lui. Il fait tout pour rentrer dans les cases, pour que sa vie corresponde à l’image lisse du bonheur.

Quand sa femme le quitte et que sa famille explose, le fauve en lui bondit subitement et commet presque l’irréparable. Et puis il y a le Mexique, une rupture, un ailleurs, une vie au ras des pâquerettes mais avec l’essentiel. Et puis il y a Joséphine, la fille aînée d’Antoine qui se raconte, qui parle de son père et de ce qu’il a commis.

Ce roman bouleversant et très rythmé par des chapitres courts se lit avec le feu aux joues tellement on sens la gifle qui survient à la lecture. Antoine est un personnage très touchant qui évoque avec beaucoup de sensibilité son amour des siens et sa course au bonheur ou chaque obstacle est une désillusion. Un roman fort sur la filiation, pour se rappeler que nos parents ont avant tout été des enfants.

Cote : R DELA

Stéphanie, médiathèque Toussaint

 

 

Retour au contenu principal

53763