Nous avons lu, vous avez lu...

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Nous avons lu, vous avez lu...

Departures, un film de Yojiro Takita

Publié le jeudi 26 août 2010

La mort lui va si bien

Patrice (Toussaint) a aimé.

Synopsis : Daigo, le héros, est un violoncelliste dont la carrière incertaine s'effondre d'un coup lorsque son orchestre symphonique est dissous. Avec son épouse, il quitte alors Tokyo pour la petite ville de province qui le vit naître. Induit en erreur par une petite annonce ambiguë, il se présente dans ce qu'il croit être une agence de voyages, qui est en fait une agence d'ultimes voyages (la préparation rituelle et la mise en bière des cadavres avant la crémation). Parce qu'on le paie bien, Daigo surmonte sa répugnance et le stigmate de caste qui s'attache à la profession (on les appelle au japon les "nokanshi"). Il lui faut cacher la nature de son travail à sa femme, à ses voisins, et la découverte inévitable de son secret entraîne une crise conjugale.  

Et la première "mise en bière" du film fut celle d'"Entre les murs" de Laurent Cantet qui concourrait également pour la petite statuette dorée du meilleur film étranger aux Oscars 2009 (au même titre d'ailleurs que l'excellent film d'animation israëlien de Ari Folman "Valse avec Bachir") et qui se la vit donc ravir par cet outsider qui, soit dit en passant, rencontra sur ses terres un succès considérable et inattendu comparable à celui des "ch'tis" chez nous (La comparaison s'arrête là, la bluette de Danny Boon se trouvant être, elle, réellement mortelle...au sens propre !) Un long cortège de critiques ("déçus" surtout de voir la suscitée statuette partir "entre quatre planches" plutôt qu' "entre les murs") se mit donc en branle pour conduire l'enterrement, en grandes pompes toutefois, de ce "Departures" qui mérite néanmoins d'être exhumé et considéré comme il aurait dû l'être, c'est à dire une oeuvre singulière, attachante et par bien des côtés profonde et philosophique.

Un très beau film sur l'abandon. Celui, pour commencer, des illusions de Daigo contraint de faire le deuil de sa carrière artistique. Puis celui de premier cadavre sur lequel devra officier l'apprenti thanatopracteur, retrouvé plusieurs semaines après son décés. L'abandon enfin de ces corps à ces mains expertes avant le dernier voyage (ce qui donne lieu aux plus belles scènes du film, d'une grâce et d'une beauté toute... japonisante) et bien entendu celui d'un père volage qui s'est volatilisé alors qu'il n'était qu'un enfant.

Mais il ne faut pas s'y tromper, "Departures" nous offre également des moments très cocasses voire hilarants et, tour de force, ils sont parfois issus des mêmes scènes qui nous émeuvent aux larmes. Je vous laisse découvrir la scène d'ouverture du film qui résume à la perfection la réussite de cette écriture à la fois dramatique et comique, pour laquelle les professionnels de la profession ont déjà trouvé un nom : La "dramédie".  

"On rencontre sa destinée souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter". Non ce n'est pas un vieux proverbe japonais mais signé Jean de La Fontaine.

La bande annonce du film

cote : A TAK

Retour au contenu principal

53763