Nous avons lu, vous avez lu...

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Nous avons lu, vous avez lu...

Profanes, Jeanne Benameur

Publié le mardi 14 mai 2013

J'achève la lecture de "Profanes" de Jeanne Benameur et j'en reste imprégnée, mais aussi gênée. J'ai besoin de parler de ce livre, comme pour m'en soulager. Il y a des perles, de l'humain magnifique, des vérités sublimes et pourtant...

Il y a cette sorte de huis clos, parfois lourd, sombre, qui m'étouffe. Ces personnages aux pensées dignes des circonvolutions du cerveau, qui finissent par fatiguer à force de penser.

Et il y a cette omniprésence des corps, de la nuit, de l'union charnelle, passage obligé qui me pèse. Bien sûr, Hélène ne reverra pas Jean, et choisit son art comme certains entre au couvent. Il y a aussi cette question sans réponse au sujet de Anna: comment une telle personne avait-elle pu haïr si puissamment ?

Et c'est justement l'unique personne qui a la "foi" et pour qui, apparemment, la foi a une grande place dans sa vie. Mais n'a servi à rien dans l'épreuve vécue. Qu'est-ce donc que cette foi ? Apparemment Octave et Anna ne se sont plus jamais adressé la parole.

Quel extrême, quel ravage, quelle déshumanité ! Là est, me semble-t-il ce qui me gêne dans ce roman. Je n'en garderai que les célébrations de la vie, à travers le toucher, les sensations, le café dans la cuisine... et la vie qui se reconstruit. Donc, finalement, je n'offrirai pas ce livre comme je pensais le faire.

Cote : R BENA

Retour au contenu principal

53763