Le récit (2)

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Le récit (2)

Siège du château de Dammartin par l’armée de Geffroy de Frise et joute entre Geffroy de Frise et Guérard de Dammartin / Angers, bibl. mun., rés. ms. 2320, fol. 44

Loys de France et Assaillant de Dammartin étant entre-temps rentrés en France, diverses manœuvres s’ensuivent contre Geffroy de Frise. Au cours de l’une d’elles, Guérard de Dammartin capture Colombe, l’épouse de Geffroy de Frise et l’emmène au château de Dammartin.


Geffroy de Frise met alors le siège au château de Dammartin.


« Guérard, fort embrasé de la beaulté de la dame Colombe, royne de Frise, [propose de] jouxter a oultrance contre Geffroy, roy de Frise (…). [Guérard] offroit tel combat espérant mectre a mort icelluy Geffroy et par ce espouser sa femme. (…) Ilz entrerent en champ de honneur, où quel d’un coup de lance fut tué Geffroy, et partant icelluy Guerard parvint a ses fins et espousa la royne de Frise ».

 

le camp et les canons du roi de Frise
La joute
Régnier, fils de Gadifer, dénonce la duplicité de Nabugor / Angers, bibl. mun., rés. ms. 2320, fol. 47

Alors que Nabugor de Hautefeuille, ancien allié de Geffroy de Frise, négocie une paix avec le roi Loys de France, Régnier, fils de Gadifer, et Othon duc d’Orléans découvrent la duplicité de Nabugor. Avec la complicité de quatre chambellans de Loys de France, Nabugor tient en effet son armée en embuscade dans un bois, prête à tuer Loys, une fois la paix signée.

« Quant [Régnier et Othon] arriverent près de l’abbaye où estoit le roy Loys, trouvèrent l’un des traistres qui alloit quérir l’armée de Nabugor, laquelle estoit en ung boys en embusche, preste d’aller mectre a mort le roy et tous ses gens. Lequel traistre ils [mirent] à mort. Et icelluy Regnyer print la teste d’icelluy, la ficha en une lance. (…) Entrerent eulx deux en la chambre du roy en laquelle icelluy roy de France, Théseus, Assaillant, son fils Guérard, Nabugor et plusieurs autres grans seigneurs estoient a table. Presenterent au roy la teste du traistre en luy manifestant la traïson. Chascun se mist en deffence, Nabugor fut prins et après decapité et son armée toute desconfite par les gens du roy ».

L’armée de Nabugor embusquée
Le traître chambellan décapité
Découvert, le traître Nabugor s’arme d’un couteau
Le roi Loys fait découvrir la toiture d’argent de l’abbaye Saint-Denis pour financer une expédition en Terre sainte, au secours du pape retenu prisonnier à Antioche / Angers, bibl. mun., rés. ms. 2320, fol. 52

Son royaume enfin pacifié, le roi Loys apprend la capture du pape, retenu à Antioche. Il entreprend alors une nouvelle expédition contre Antioche. « Mais pour tant que ils n’avoient pas suffisantes pécunes (…), fist icelluy roy Loys descouvrir l’église de monseigneur sainct Denis pour faire monnoye de l’argent dont son père Dagobert l’avoit fait couvrir (…), dont d’une partie il soudoya ses gens d’armes et l’autre partie il donna aux povres, car adonc estoit grande famine ou royaume ».


Après les nouveaux exploits de Guérard de Dammartin au cours de cette expédition, un subtil jeu d’alliance permet à son petit-fils Guyon de devenir l’héritier de l’empire de Rome, des royaumes de Jérusalem et de Syrie et bien sûr du comté de Dammartin.

Dépose du toit d’argent de l’abbaye Saint-Denis

Retour au contenu principal

57442