Le Roi René et les livres

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Le Roi René et les livres

Portrait du roi René, dans les Heures de René d’Anjou. Enluminé dans l’atelier du Maître des Grandes Heures de Rohan à Angers puis dans un atelier dijonnais, vers 1435/36. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. lat. 1156A. © Bibliothèque nationale de France.

Le goût pour les lettres et les livres naît rarement de façon spontanée. Le roi René s’inscrit dans la tradition familiale de ses grands-oncles, Charles V, roi de France, et Jean de Berry, mais aussi de sa mère Yolande d'Aragon, acquéreur des Belles heures du duc de Berry à la mort de ce prince.

Le roi René avait sans doute hérité des livres de ses prédécesseurs les ducs d’Anjou, de Bar et de Lorraine. Les premiers livres créés pour lui datent de son avènement au duché d’Anjou et au royaume de Sicile dans la deuxième moitié des années 1430. Dès ces premières commandes, se dessinent certains traits essentiels des pratiques bibliophiliques du roi : son recours à des artistes locaux comme le Maître des Grandes Heures de Rohan à Angers ou à des maîtres attachés à son service, mais aussi une personnalisation très forte de l’illustration de ses livres, dont l’un, hérité, est enrichi d’images qui font fidèlement écho à ses méditations religieuses ou ses aspirations politiques. Cette même personnalisation se retrouve dans l’illustration de ses propres écrits.

Cependant, le mécénat bibliophilique du roi semble n’avoir pris toute son ampleur et son originalité qu’aux environs des années 1450, principalement à partir de 1455. L'absence totale d'ex-libris et le très petit nombre d’exemplaires portant ses armoiries ou ses emblèmes rendent cependant difficiles la reconstitution de sa bibliothèque. Chacun des inventaires, partiels, qui en sont conservés donne une vision très différente de ses livres. Sa librairie est itinérante et dispersée dans plusieurs pièces de ses résidences et chapelles. Au château d’Angers, les livres sont rangés dans des coffres qui peuvent suivre les pérégrinations du prince. Parfois, ils voyagent glissés dans des tonneaux au milieu de tapisseries. On peut estimer que le roi posséda un minimum de deux cents livres (manuscrits et incunables), dont un tiers peut-être étaient enluminés, chiffres comparables à ceux d’autres collections royales et princières de l'époque.


Heir of a long familial tradition of book collecting, King René gathered an amount of about 200 books (manuscripts and early printed books), one third of those being illuminated. Since his first commissions, in the years 1435, key features of his bibliophilic practices can be observed : a marked preference for local artists, but also a great demand for the personalization of the illustrations of his works, resulting in the creation of original paintings able to traduce faithfully his thoughts.

Retour au contenu principal

55422