Manuscrits du Moyen Age

Accueil Bibliothèques d'Angers

Menu secondaire

Passer le menu secondaire

Retour au menu secondaire

Contenu principal

Passer le contenu principal

Manuscrits du Moyen Age

n° 1

Près de six cents livres manuscrits de la bibliothèque municipale, soit un quart de ses collections de manuscrits, datent du Moyen Age. Témoins des plus anciennes bibliothèques angevines, ils couvrent tous les domaines de la connaissance de l’époque. Traités de théologie ou de droit côtoient des œuvres poétiques, historiques, scientifiques (calculs calendaires, études des éclipses) ou médicales (d’Alexandre de Tralles ou d’Avicenne) ainsi que des sources plus administratives, comme les comptes de Jeanne de Laval ou les délibérations du collège des chanoines de la cathédrale.

Une trentaine de manuscrits sont antérieurs à l’an Mil. Ils semblent tous avoir été composés en dehors de l’Anjou dont les grandes abbayes n’avaient pas encore d’importants ateliers d’écriture (scriptorium). Plusieurs proviennent de Bretagne, notamment de l’abbaye de Landévennec, ou de Touraine. Le plus ancien, un psautier copié entre 842 et 850, sans doute à l’abbaye Saint-Rémi de Sens, est marqué par l’influence de la réforme carolingienne (n° 1). Il s’ouvre sur deux pleines pages illustrées dont la première inclut la plus vieille copie connue de la Lettre à Dardanus, petit traité musical qui présente tous les instruments de musique signalés dans la Bible.

 

Les XIe et XIIe siècles sont les périodes de plus intense activité des scriptoriums des grandes abbayes angevines de Saint-Aubin et de Saint-Serge. Plus d’une centaine de manuscrits de la bibliothèque est issue de la production angevine de cette époque, comme les deux imposantes bibles, en deux grands volumes in-folio chacune, de Saint-Aubin et de Saint-Serge (n° 2 et 3). Cette dernière se distingue par la qualité de sa reliure d’origine. Une première couvrure de parchemin très fin et très blanc est collée sur le bois des plats, appelés ais. Elle est enveloppée par une couverture de cuir épais et grisâtre. Des coutures forment des replis dans lesquels sont glissés les ais. Neuf boulons de bronze ciselé fixent l’ensemble. Deux fermoirs de cuir permettaient de maintenir l’ensemble du livre qui était conservé couché. A l’intérieur, de belles lettrines sont peintes en vermillon et bleu-gris et un admirable dessin à la pointe grasse, malheureusement non peint, représente le roi David jouant de la harpe sous un dais architecturé.

 

Dans les derniers siècles du Moyen Age, cathédrale et abbayes d’Angers enrichissent principalement leurs bibliothèques de manuscrits réalisés dans les grands foyers de productions de Paris, d’Italie, et de Tours à partir du XVe siècle. Ainsi plusieurs traités de droit canon, aux mises en pages complexes et aux illustrations alternant scènes juridiques et grotesques, sont entrés dans la bibliothèque de Saint-Aubin par don d’un Montmorency (n° 4). Quelques premières bibliothèques laïques apparaissent aussi dans la noblesse ou les élites urbaines locales. Une vingtaine de précieux livres d’heures richement enluminés, achetés ou reçus en legs par la Bibliothèque municipale depuis le XIXe siècle, illustre cette évolution. Celui peint vers 1485 pour Jean Charpentier, notaire et secrétaire du roi, maire d’Angers en 1496-1497, en est particulièrement représentatif (n° 5). L’achat de ce manuscrit en 1976 a été l’occasion de caractériser le style propre de ce peintre influencé par Jean Fouquet et de lui attribuer plusieurs autres manuscrits aujourd’hui conservés à New York, Londres, Dublin et Syracuse.

 

Plus de 7 000 enluminures ornent les manuscrits médiévaux de la bibliothèque. Presque toutes sont numérisées. Vous pouvez toutes les consulter sur Internet, sur le site http://www.enluminures.culture.fr.

Légendes des images

n° 1 : Psautier introduit par la lettre à Dardanus Roi David et instruments de musique, 842-850 Manuscrit 18 , fol. 13 Voir les enluminures

n° 2 : Bible de l’abbaye Saint-Serge. Reliure romane. Fin XIe siècle. Manuscrit 6

n° 3 : Bible de l’abbaye Saint-Serge. Roi David, dessin préparatoire avant enluminure. Fin XIe siècle. Manuscrit 6, fol. 1

n° 4 : Apparatus super Sextum. Recueil de droit canon. Enluminure inachevée, mi-XIVe siècle. Manuscrit 385, fol. 74 Voir les enluminures

n° 5 : Livre d’heures de Jean Charpentier. Annonciation, vers 1485. Manuscrit 2048, fol. 24 Voir les enluminures

n° 2
n° 3
n° 4
n° 5

Retour au contenu principal

53636